UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cinéma et droits d'auteurs : Danger de mort !

    Suite aux différents bouleversements de ces derniers jours concernant à la fois les modifications (nécessaire tout le monde en convient!) TRES prochaines (janvier) du statut des intermittents du spectacle concernant particulièrement les artistes et techniciens du spectacle ET également les nouvelles dispositions votées sur les droits d'auteurs, je tenais à évoquer ici ma très grande inquiétude pour l'avenir même de la production cinématographique.

    A travers les évolutions actuelles c'est l'avenir même d'une production émergente qui est sérieusement mise en péril !

    La légalisation des échanges de fichiers films et musiques sur les réseaux de "Peer to Peer" selon même une licence à 4 euros annonce la mort prochaine de toute un pant de la production émergente et délicate du cinéma français actuel et futur !

    je suis personnellement particulièrement impliqué dans ce double combat en tant que nouvel entrant au régime Intermittent et en tant qu'auteur et producteur indépendant !

    Il faut bien comprendre que la légalisation du "peer to peer" gratuit au nom des libertés individuelles annonce simplement la mort d'une grande partie de la "diversité culturelle" si chère à la France.

    A termes, si chacun ne prend pas clairement conscience que la culture a un cout, exige un travail et des personnes qui s'y engage, les serveurs de peer to peer n'auront bientot plus rien à télécharger !

    Si on accepte pas de payer un spectacle, une musique ou un film comme juste rétribution du travail accomplit, c'est la simple mort de tout un pan du cinéma émergent. Nous allons droits vers un phénomène de "pensée unique" où seul quelques productions très solides (notamment américaines) réussiront à continuer...

    Si chacun ne prend pas conscience de cela, un pan important de la production cinéma va purement et simplement disparaitre... La situation est de plus en plus difficile pour les professionnels du spectacle et j'espère simplement que chacun en prendra conscience...A bon entendeur.

    Barton 

  • "L'arc" de Kim Ki Duk

    Le réalisateur de "Locataires" et de "Printemps, été, automne, hiver, et printemps" livre en cette fin d'année un douzième film poétique et vraiment sensible sur le passage à l'age adulte pour une jeune fille et les difficultés à sortir de la paternité.

    Un vieux pécheur retient une jeune fille sur un bateau avec l'espoir secret de l'épouser lorsqu'elle aura 17 ans. En pleine mer, le "couple" vit en reclut et ne reçoit que quelques pécheurs de passage. Très protecteur et jaloux, le vieil homme garde un oeil permanent sur cette jeune adolescente. La rencontre avec un jeune homme de la ville va faire évoluer cette relation.

    D'une manière très simple, cette histoire approfondie les relations entre les personnages. La précisions des cadrages, le travail de la musique et la beauté de la photographie contribue à donner une véritable vie au film et crée sans doute par là un des plus beau moment de cinéma asiatique de cette fin d'année. Je conseille vivement ce film dont la sortie est relativement discrète. Vous pouvez le voir dans la région au cinéma Métropole de Lille.

  • "King Kong" de Peter Jackson

    Bel hommage au King Kong original, ce remake de Peter Jackson est impressionnant par le gigantisme de ses moyens. On retrouve un peu le Peter Jackson des débuts avec les monstres et autres bêtes qui attaquent constamment les personnages. Mais on se rend vite compte que le réalisateur a volontairement bridé son côté "gore" pour coller à une histoire conventionnelle, succès sans doute de cette fin d'année.

    On retrouve le gigantisme de l'auteur de la trilogie du Seigneur des Anneaux avec les longueurs qu'on pouvait déjà reprocher à la trilogie. Le réalisateur Néo-zélandais fait clairement dans le gigantisme : on aime ou on peu détester ou trouver cela "trop"... Durant près de 3 heures, on en a plein la vue. Les effets spéciaux sont assez réussis (surtout sur l'animation du King Kong) et les moyens déployés sont considérables. C'est sans doute un bon divertissement qui brassera un public large qui n'aurait que le choix (près de 900 copies) pour aller assister à un grand spectacle et à une démesure de moyens. Vite consommé et (peut être aussi) vite oublié.