UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent" de Martin Monge

    Ce pourrait être un slogan ou une phrase à la mode. Un bon titre de film aussi. C'est le cas. Ce soir, je reviens de mon dernier coup de coeur et j'ai envie de l'évoquer ici car c'est un film qui sera sans doute peu vu... Un documentaire portrait d'un personnage anarchiste révolutionnaire nommé Charlie Bauer, ancien détenu devenu aujourd'hui sociologue de proximité. Pour rapidement situer la démarche, je communiquerais ici une partie du communiqué de presse :

    "De ces capacités humaines radicales d'être ce que nous sommes et devenons ; de son engagement aux jeunesses communistes, puis de sa scission avec les diktats du Parti votant les crédits de guerre pour l'Algérie coloniale; sa marginalité -criminalisée par l'appareil d'Etat- à exproprier la marchandise pour la redistribuer dans les quartiers pauvres de Marseille ; son implication au côté du FLN, son arrestation dans le cadre d'une opération militaire ; la torture puis sa condamnation à 25 ans de réclusion criminelle, dont 9 années au Quartier de Haute Sécurité... jamais il ne fut en contradiction avec ses idées évolutionnaires et ses pratiques. En contraste surement, en contradiction rarement."

    Le point de vue est clairement énoncé et je ne partage pas tout sur cet homme. Au delà du sujet, ce genre de documentaire portrait réalisé sans grand moyens et distribué ce soir par l'équipe du film à la Condition publique de Roubaix (première projection du film dans un lieu chargé d'histoire!) montre qu'on peut faire aujourd'hui un cinéma engagé et militant, et trouver un public populaire (nombreux dans la salle) qui délaisse le temps d'une soirée l'abrutissement télévisuel pour voir et échanger autour d'un film...

    Un film qui est de toute façon un acte d'engagement par lui-même... certains étant plus directement engagés que d'autres. Je veux défendre ce cinéma fragile qui rappelle les groupes Medvedkine des années 70. C'est aussi cela le cinéma... Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent... Courage à Martin Monge, le jeune réalisateur avec qui j'ai discuter. A méditer.