UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Joyeux Noël et Bonne année 2008

    Cher(e)s visiteurs(ses) je vous souhaite un très joyeux Noël et une bonne année 2008, pleine de projets et de réussites...

  • Vivre de la réalisation ?

    Salut à tous...

     Pour ceux qui se demande encore comment vivre de la réalisation, je ne dirais qu'une chose : on ne vit pas de la réalisation de films si on reste intègre avec ses désirs, son indépendance, son idée... c'est la réalisation qui vit à travers vous.

     Une seule est chose est certaine... si on veut apprendre la réalisation, il faut réaliser. Après le travail est approfondi, accharné.

    C'est un "appel", une vie qui vous définit plutot que vous la définiser... C'est donc d'abord humain, une vocation qui vous fait vivre, pas un salaire... ou alors vous êtes faiseurs, vous bosser pour une industrie...

    Alors comment on vit ? Trois lettres magiques : RMI (réaliser mon idée)... Je rentre dans cette famille dans quelques mois. En attendant, je "vis" de solidarité un peu...

    Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien. 

    Loin des strass et des paillettes que certains imaginent, être réalisateur, c'est être un homme (ou une femme) qui cherche, se cherche, un homme libre, une sorte de monstre. C'est se battre toujours pour garder son intégrité dans une société où la règle est dans le compromis.

    Intégrité et travail accharné vont de pair avec artisanat. Tout ce que tu peux faire toi même, ne le laisse pas aux autres, n'ai pas peur de te salir les mains et de t'épuiser. Je suis dans l'urgence de l'écrit, entre la catastrophe et l'utopie : Ecrire dans un train, entre deux rendez vous, entre deux répets, entre deux insomnies... C'est ça, être "artiste"... tenter de contenir un monde en soi et l'exposer... tout en s'entourant de collaborations car un film comme la vie, c'est une aventure humaine...

    La sécurité du salaire de fonctionnaire n'existe pas pour moi. J'espère simplement que, dans la salle, les gens apprécieront cette détermination, pleine de doutes, modeste... J'apprend en faisant, je suis un forgeron...

    J'aime à citer un ami, auteur dramatique et enseignant de théatre récemment à la retraite :

    "Je vis dans l'urgence de l'écrit, entre la catastrophe et l'utopie. La catastrophe m'apprend qu'écrire c'est s'accuser dans sa langue. L'utopie m'apprend qu'écrire, c'est aussi entrer en scène. je surnage entre les deux à la recherche effrénée de ma voix..."

    A bientot 

    Barton 

  • Ca bosse toujours !

    Le passage à paris durant le mois de décembre permet de reprendre le montage de "l'enfance d'Ivan"

    Le travail est intensif, plein de doutes, fragile mais j'ai bon espoir d'aller au bout... Un grand merci à ma monteuse dont le travail et la disponiblilité n'ont d'égal que la gentilesse. Nous formons un couple professionnel efficace depuis "D'un fils à une aiguille"... pouvu que ça puisse durer...