UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • le doute est salutaire...dans nos souffrances

    La rage est constructive. comment exprimer ces convictions, ses rages et ses passions?
    Etre militant n'empêche pas le doute, le doute est salutaire pour exprimer ses souffrances intérieures. Elles sont celles de tout ceux, qui, loin du médiatique, posent la question de la révélation poétique...

    Ses résistants dans la guerre refusent le chemin qu'on leur trace. Ils sont pourtant les témoins du changement. C'est parce qu'ils s'engagent en autonome que la résistance prend un sens.

    La lutte n'est jamais une fin en soi, elle a besoin également de réflexion, de construction, d'introspection.

    La lutte, c'est se lever chaque matin très tôt pour consacrer ses meilleures heures de veille à l'introspection... à la simple raison de voir la vie se développer en nous... 

    L'activisme a peut être perveti le monde autant que le système et les ambitions des hommes. Les terrains glissants sont toujours les éléments de cette rage intérieure. C'est le sens du travail des "militant-méditant". J'aime à me définir ainsi, jouant carte sur table au jeu de la vie... Même si au quotidien, j'agis en solo selon mes moyens et que j'ai besoin de me "retirer" de la foule... Mon quotidien reste calme, ouvert, évolutif. 

    Ici ou là, Dans le calme d'un bureau ou au coeur d'un quartier, sur les routes de France et aux fil des rencontres et des contestations... Je suis le voyageur qui pleure et rit, simplement pour accompagner les souffrances qui m'entourent et en faire une construction...inlassablement...

    Comment peut-on considérer notre "pays des droits de l'homme" ? Plus vraiment... Mais pourtant, comme un sous-courant, les militants veillent et résistent au coeur d'une guerre d'autant plus sournoise qu'elle a perdu son front... Comment réagissaient les résistants sous Vichy ? Ils ont vécus leurs luttes, avec leurs erreurs car ils voulaiient apprendre ensemble sans relache...

    Réveillez-vous et voyez que derrière les galères vécues se cachent un formidable espoir de vie... C'est le sens qui se cache dans ce sous courant, loin de l'économie et du paraitre d'une telle société...C'est être habité de son expression...

    Alors, peut être qu'un jour on respirera, et enfin, dans nos chemins déterminés, nos destins croisés nous feront vivre et supporter nos douleurs...dans l'espoir.

    Choisir le chemin non rentable et se battre quotidien pour "vivre" intègre le sens de ses mots, le sens de ma vie. Même calme, sans violence, ouvert, avec passion et chemin de paix... Je dis "je" avec ceux avec qui, je partage une volonté de changement... A bientot. 

    Barton

  • petite chanson de Damein Saez : USE

    USE de Damien Saez

    - Salut à toi Damien, toujours le même à 30 ans... -  

     

    Usé par les hommes, par le bruit qui rend fou

    Usé par la vie, par les hurlements

    Usé par le silence, usé par le vent

    Usé par l’oubli, on oubli pourtant

    Qu’un jour, on s’est aimé

    Qu’un jour, on a vécu

    Que la vie est passée

    Que le passé n’est plus

    Qu’un jour, on s’est aimé

    Et que ce jour n’est plus

    Qu’une postérité

    Noyée dans l’inconnu

    Usé par un monde

    Qu’on ne comprend plus

    Qu’on n’a jamais compris

    Mais qui continu

    A tourner encore

    A tourner toujours plus

    A faire tourner la tête

    A nos âmes perdues

    A nos cœurs qui appellent

    Et hurlent au secours

    Mais non, y a plus de ciel

    Et non, y a plus d’amour

    Y a plus que des troupeaux

    Des vendus, des vautours

    Des vendeurs de merveilles

    Des joueurs de tambours

    Usé par l’avenir

    Usé par un meilleur

    Qui ressemble au pire

    Et oui, ça fait mal au cœur

    Usé par l’ironie

    Qui tua ma jeunesse

    Usé par la comédie

    Usé par les promesses

    Usé par la folie

    Usé par le dégoût

    Usé d’être incompris

    De marcher à genoux

    Usé par l’usure

    Usé par les regrets

    D’avoir fuit l’aventure

    D’avoir fuit la beauté

    Te voilà qui revient

    Te voila, toi mon frère

    Qui me dit, prend ma main

    Marchons vers la lumière

    Te voila qui revient

    Te voila toi mon frère

    Qui me dit prend ma main

    Marchons vers la lumière

    Et le cœur plein d’espoir

    Et le cœur infini

    On oublie qu’il fait noir

    Alors enfin on vit

    Et loin de leurs tombeaux

    Et loin de l’inhumain

    On redevient faux

    A chaque matin

    Un jour on s’est aimé

    Et ce jour c’est demain

    Un jour d’humanité

    Un jour de gloire

    Un jour on s’est aimé

    Et ce jour c’est demain

    Un jour d’humanité

    Un jour d’humain

     

    La,la,la,la,la,la…

  • Les nouvelles sont bonnes sur la planète barton?

    Bonjour à tous

    "Porteurs d'espérance" va prendre un peu de retard. Je pensais finir ce projet pour mes 25 ans (1er février) mais finalement, j'en ai encore pour quelques temps. Le film devrais sortir des cartons (cartons qui sont entre Lille et Paris) pour mars 2008.

    J'espère faire une avant-première au Fresnoy (en partenariat avec le CRRAV) et inviter à cette occasion tout les habitants de St Maurice. C'est pour eux que je me bat aujourd'hui pour finir ce film...

    "Regarde jusqu'au bout du monde" démarre lentement son développement (je l'assure pdt mes soirées, voire mes nuits en ce moment...) Malheureusement, Ch'tis films ne suivra pas... je cherche un producteur...

    Côté famille et perso, il y a de nombreuses difficultés en ce moment. J'accompagne et j'y survis comme je peux. 2008 sera une année nouvelles d'investissements à plusieurs niveaux : investissement personnel et artistique mais aussi investissement financiers.

    Petit scénario en développement pour participer prochainement à un appel à projets sur "l'image de la région" (à l'occasion des journées du patrimoine)... J'y réfléchi...

    Sinon, j'ai toujours en tête de chercher à faire publier mon mémoire de maitrise chez Lharmattan (je l'ai obtenu en 2005 avec mention T.B.). Le mémoire avait pour sujet le cinéma de Chris Marker (cinéaste, photographe, voyageur et écrivant très important pour moi). Affaire à suivre aussi de ce côté là pour cette année. (si je trouve le temps de réécrire certaines parties...)

    Barton