UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Elle avait...

    Elle avait le coeur, l'esprit et l'attitude
    De ceux qui ont perdus leurs coeurs dans les batailles
    Elle n'avait plus pour elle que cette grande solitude
    De celles qui voient leurs vies accomplies dans des failles
    Elle avait ses valeurs désuètes qui tuaient ses journées
    Un jardin, une cuisine, une église dorée

    Elle avait le regard flou de ceux qui rient en pleurs
    Et moi, souriant surtout, j'étais sans doute son coeur
    Elle avait l'attitude de celles qui accueillent
    Au moment où la vie semble si difficile
    Elle avait pour elle de dire le temps du deuil
    Et de regarder loin l'avenir sur son seuil

    Elle avait ces sourires qui lézardent les murs
    Qui savent surtout guérir les blessures
    Ces sourires qui font qu'une porte n'est jamais vraiment fermée
    A l'aventure, au bonheur, à toute l'éternité
    Elle avait n'avait que pour elle d'avoir donné la vie
    A cet être chétif, pétrit de tant de souvenirs

    Elle était de celles qui donnent sans compter, sans gloire
    Et qui pourtant n'avait jamais crié "Victoire !"
    De tous ces combats, elle était revenue
    Même si ce monde l'avait beaucoup déçue
    Moi, j'étais là, à ces côtés, abattu
    Prêt pourtant à reprendre la rue

    Mes routes m'avaient transmises le coeur
    Et de ses mains fragiles, une volonté d'écrire
    Le temps est passé et s'est enroulé
    Bloqué comme dans une éternité

    Je revois ton visage
    Tes gestes et ta beauté
    Qui habitent ma mémoire
    De ses temps loin d'être sages
    J'ai repris un flambeau comme une évidence
    Comme celui qui prend tout cela comme une chance

    Une chance de me racheter, d'accomplir un don
    Pour que de ma mémoire, je trouve la compassion
    Moi, mes erreurs, mes doutes et cette sainte poubelle
    Elle servait mon coeur et je la trouvait belle
    J'avais appris un peu à toucher ma douleur
    Pour l'envelopper enfin d'un peu plus de douceur
    L'amour comme la mort, désirs redoutés
    Tant d'hommes font la guerre pour se faire oublier

    Et ceux qui passent en les regardant faire
    Oublieront peut être un peu les traces de leurs misères
    Car tous que nous sommes perdus sur cette terre
    La route de chacun est un temps à refaire...

    Barton

  • programme du Festi-Fives

    Bonjour à tous

    Voici le programme du prochain Festi-Fives. je présente le film durant une heure le 3 mai (14h)

    A bientôt

    Barton

    418a71e7990344b3e824ee05b47b6840.jpg

  • Petit texte à méditer

    "Soit pauvre de ton temps, et le temps, dès aujourd'hui, t'appartiendra.
    C'est à dire reçois, accueille le temps comme un cadeau. Tu ne le possède pas à l'avance ;
    il ne faut pas non plus qu'il te possède. Il t'est donné, avec sa nouveauté de tous les jours.
    Mais cette nouveauté, tu es incapable de la reconnaître quand tu as trop prévu.

    Soit doux avec le temps. une fois qu'il t'est donné, prend ton temps.
    Mais ne le maltraite pas, ne le force pas, n'y met pas plus d'occupations qu'il ne peut contenir.
    Il vient au jour le jour et chaque jour est l'héritage de la veille.
    Mais c'est toi l'héritier."
    Louis Christiaens

    Utile à méditer pour moi comme pour tous les lecteurs de ce blog en ces temps troublés...

    Barton