UA-73261821-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sous les pavés... "Les plages d'Agnès" !!

    Admirateur d'Agnès Varda, gavé par les fêtes, et surtout espérant entre-apercevoir le fameux discret Chris Marker (dont je suis un grand admirateur et qui est un proche d'Agnès.)

    Voilà donc de bonnes raisons d'aller porter un regard curieux sur le dernier documentaire d'Agnès Varda. 

    Portrait autodocumentaire, qu'elle "cinécrit" (comme elle se plaît à le dire elle-même) dans un subtil mélange entre images de ses films, évocations de sa vie personnelle, photos de voyages ou d'enfance...

    Le résultat aurait pû être une nostalgie de vieille femme qui se lamente sur elle-même et sur ces années passées. Mais c'est bien sûr oublier le travail poétique de cette grande admiratrice des collages et jeux de mots (une chose qu'elle partage aussi avec Chris Marker à mon avis)...

    Le résultat est jubilatoire, pas rébarbatif et honnête. Une bouffée d'air cinématographique en cette fin 2008 qui est assez monotone. 

    C'est une leçon de cinéma, une leçon de liberté et de courage pour faire ses films bien sûr, mais aussi pour toujours voir la vie, comme elle la voit !... du grand art assurément ! du grand cinéma dans son bricolage surréaliste !

    Pour ce qui est de Chris Marker, j'ai dû me contenter d'une figurine de son chat "totem" "Guillaume en egypte" qui a cependant une place de choix dans ce récit haut en couleurs... et là où il y a Guillaume-en-Egypte, le film-Marker, n'est pas loin ;-)

    Un documentaire d'auteur hautement recommandable pour lutter contre les petites déprimes hivernales ou même les crises les plus graves !

    Bricolez mes gens, bricolez !

  • Quelques nouvelles

    Bonjour à tous 

    Manque de temps pour mettre des nouvelles à jour sur ce blog. Je suis particulièrement content de pouvoir annoncer que "Regards au bord d'un monde" a reçu un avis favorable lors de la dernière session du comité associatif du CRRAV.

    C'est une étape importante qui, je l'espère permettra de mettre le film sur les rails et d'aboutir ce nouveau projet qui me tient particulièrement à coeur.

    Je poursuit une préparation en ce moment avec Jean Marie. Mes cours et mes recherches universitaires en Master 2 "Dialogue des Arts" à l'Université de Lille 3 se passent bien même si j'y consacre aussi beaucoup de temps.

    Bref, malgré l'hiver, le froid et quelques difficultés, je maintien le cap avec une (relative) bonne humeur.

    Le scénario de "Regards au bord d'un monde" aura sans doute quelques réécritures d'ici au tournage. Le tournage est toujours pressenti pour juin 2009, le temps pour moi de tenter de boucler le budget. Le contexte actuel, n'aide pas beaucoup de ce côté là !

    Mais tant qu'il y a de la vie...

    Barton 

  • Hiver de Mariane Pistone et Gilles Deroo

    Une fois n'est pas coutume, je vais parler ici d'un film (très) peu connu, puisqu'il s'agit d'un moyen métrage. 

    Le film "Hiver (les grands chats)" a été co-réalisé durant l'hiver 2007 par deux jeunes réalisateurs de la région : Gilles Deroo et Mariane Pistone.

    L'avant première a eu lieu au studio national du Fresnoy ce jeudi soir. Après mes cours et mes démarches diverses sur la préparation de "Regards au bord d'un monde" j'y suis allé.

    J'ai eu l'occasion de croiser quelques fois Gilles Deroo et d'apprécier quelques uns de ces courts métrages précédents (notamment Chassé croisé). L'écriture de ce nouveau film est audacieuse et juste.

    Il s'agit du récit d'un jeune de 18-20 ans dans la rase campagne du Nord. Sa vie entre ennui, retrouvailles régulière de sa jeune copine et recherche d'un travail.

    Justesse de l'interprétation non professionnelle du jeune acteur principal, le film marque par sa beauté, son cadrage particulier et son rapport à l'espace. Il y a de la rugosité qui peut faire penser à certains cinéastes belges. Il y a une justesse dans le propos qui n'est cependant pas dénué de certaines longueurs.

    Longueurs ou lenteur participant pleinement à l'écriture particulière d'un film audacieux et particulier ? Seule une vision du film pourra déterminer votre choix. Si vous en avez l'occasion, je vous la recommande.

    Bon courage à Gilles et Mariane pour suivre maintenant leur film.

    Barton